7 may. 2017

Salon du Véhicule d'Aventures 2017 (SVA)

“En avril ne te découvre pas d’un fil ; en mai, fais ce qu’il te plaît !”

En ce dernier week-end d’avril, l’équipe de SOLAR INTI était présente à la cinquième édition du Salon du Véhicule d’Aventure afin de sensibiliser les visiteurs à la cuisson écologique mais aussi pour communiquer autour des actions de l’association.
La météo s’annonçait très incertaine mais le mois de mai approchant, nous restions confiants !

Cette année le salon s’est déroulé sur quatre jours, à Corcoué-sur-Logne, au sud de Nantes. Les organisateurs nous ont réservé un emplacement de choix, spacieux et ouvert. Nous souhaitons d’ailleurs les remercier chaleureusement pour leur accueil et leur invitation.


Jeudil en fin d’après-midi, Marie-Claude, Georges et François montent le barnum malgré le mauvais temps. Ils sont bientôt rejoints par Jacques et Marie-Paule. Martine arrive à son tour pour prêter main-forte et aider à exposer le matériel.
Le stand expose une parabole, un four solaire, l’ensemble de la palette des cuiseurs à faible consommation de bois, une caisse thermos et 15 livres de cuisine réalisés par les élèves de seconde du lycée du Pays de Retz à Pornic dans le cadre d’un échange avec l’association.
La parabole a un peu souffert pendant le transport, mais c’est vite réparé par les excellents bricoleurs que sont François et Georges !


Malheureusement à l’ouverture du salon, le vendredi, la météo n’est effectivement pas de la partie. Le temps est couvert. La chaleur dans le four solaire a du mal à grimper mais nous faisons griller des saucisses sur un cuiseur Georgia.
Samedi, le soleil fait son apparition : la parabole et le four solaire font leur entrée dans la partie : nous cuisinons exclusivement au solaire pendant la matinée (riz, œufs durs, pommes au four, eau pour le thé et le café). Par son efficacité et sa simplicité, la parabole interroge et fascine petits et grands. Malgré quelques nuages passagers, le four solaire monte quant à lui à 150°C.


L’après-midi, nous allumons un mini-georgia et faisons cuire des petits sablés. Le four monte à plus de 210°C ! Nous brûlons la première fournée par mégarde... le four est trop chaud ! Nous restons plus vigilants sur les fournées suivantes : elles sortent dorées à point et alimentent parfaitement nos discussions avec les visiteurs de passage. La chaleur atteinte dans le four du mini-georgia avec une quantité aussi réduite de bois interpelle.
Comme l’année passée, on ressent un bel engouement pour la cuisson écologique. Certaines personnes rencontrées lors de précédentes éditions du SVA viennent d’ailleurs échanger à nouveau.


Lorsque nous arrivons sur le stand dimanche, le ciel est couvert. Malheureusement, le proverbe nous aura bel et bien rattrapés : il fait froid et les averses sont très fréquentes, poussées par un vent fort qui secoue sérieusement le barnum. Dans ces conditions, les visiteurs se font également rares.
Nous décidons cependant d’allumer un Georgia. Malgré l’absence de levure, Marie-Claude réussit un délicieux cake aux courgettes et fromage de chèvre dans le grand four à bois.
Toute la journée il faut jongler avec les éclaircies, le vent, couvrir et découvrir le matériel exposé. La cuisson solaire est impossible.
Vers 16 heures les bourrasques nous obligent à bâcher et nous fermons le stand. Jacques et Marie-Paule approchent leur Land Rover du stand pour tenter de faire barrage au vent et empêcher le barnum de s’envoler. Le concert du soir est annulé.





Lundi, le temps ne s’arrange pas. Marie-Paule et Jacques, présents sur le stand tout au long du week-end, découvrent le stand entre deux averses pour les quelques visiteurs de passage. En début d’après-midi, Georges et François démontent les installations et remballent rapidement tandis que Martine recharge son cuiseur solaire et sa parabole.

Cette année, la météo aura été difficile mais les échanges auront été à nouveau riches et encourageants. Merci à tous ceux qui sont passés nous voir et merci à nouveau aux organisateurs !